logo Dolce cinéma

« Tre piani », problèmes et mésaventures à tous les étages

Par Manon Fournier-Bidoz

Tre Piani : problemi e disavventure a tutti i piani

Nanni Moretti fa un ritorno trionfale sulle scene con un film potente e intimo, in cui riecheggiano direttamente le varie questioni che colpiscono le società contemporanee. Dopo aver segnato gli animi vent’anni fa con La stanza del figlio e, nel 2015, con il film drammatico Mia Madre, il regista offre questa volta un brillante adattamento cinematografico dell’omonimo romanzo israeliano di Eshkol Nevo, uscito nel 2017. Nel suo quindicesimo lungometraggio, il regista italiano intreccia la storia e il destino di tre famiglie di vicini in un ricco palazzo romano di tre piani, famiglie che saranno unite da un evento tragico e sconvolgente.

Tre piani è un film drammatico di 199 minuti, uscito per la prima volta sul grande schermo in Italia il 23 settembre 2021, che ha ricevuto recensioni internazionali molto contrastanti : mentre alcuni hanno apprezzato l’intensità emotiva, la finezza e il casting eccezionale – tra cui attori come Margherita Buy, Alba Rohrwacher, Riccardo Scamarcio e lo stesso Nanni Moretti – altri hanno criticato la storia disorganizzata e la struttura narrativa sbilanciata.

Questa meraviglia del cinema ci porta nell’esistenza intima – sconvolta e radicalmente trasformata da una serie di eventi – degli abitanti di un edificio romano. Il film inizia con un dramma, un incidente d’auto fatale causato da uno dei residenti, ubriaco, che innesca una serie di avvenimenti che appariranno e si accumuleranno nel corso della storia.

Potremmo ‘sottotitolare’ questo film « Problemi e disavventure a tutti i piani », per quanto veniamo coinvolti nel vortice dei problemi che i diversi protagonisti devono affrontare : un giudice perennemente deluso da suo figlio, una giovane madre sola con una salute mentale fragile, un padre ossessionato e consumato dal sospetto che la sua figlioletta sia stata vittima di abusi sessuali da parte di un anziano vicino, ecc.

Questi abitanti, sopraffatti e sommersi da molte questioni esistenziali e morali, ci portano a interrogarci su temi profondi e universali tra cui la colpa, il consenso, la relatività della giustizia, l’impegno, la responsabilità, la genitorialità ecc. Oltre ad alcuni dei temi cari al regista (come i conflitti familiari e il lutto), Tre Piani tratta anche quello del « vivere insieme », sottolineando la sua difficoltà.

Il regista cerca anche di mostrare non solo il male che affligge la società contemporanea, ma anche una certa « crisi del maschile » con uomini che, a causa della loro ostinazione e testardaggine, fanno soffrire le lore famiglie attraverso ad esempio il rifiuto, l’abbandono, la negligenza. Di contro, il film celebra forti personaggi femminili che, ognuno a modo suo e con grande sensibilità, cercano di raccogliere i pezzi di strutture familiari frammentate e lacerate.

tre piani film cinéma grenoble
© Le Pacte

Tre piani, problèmes et mésaventures à tous les étages

Nanni Moretti fait son grand retour avec un film percutant et intimiste, faisant directement écho aux récents bouleversements sociaux et aux diverses questions traversant les sociétés contemporaines. Après avoir marqué les esprits il y a vingt ans avec La Chambre du fils et, plus récemment, avec son film dramatique Mia Madre, le réalisateur propose cette fois une brillante adaptation cinématographique du roman israélien éponyme d’Eshkol Nevo, sorti en 2017. Le cinéaste italien entremêle, dans ce qui s’avère être son quinzième long métrage, l’histoire et le destin de trois familles voisines dans un immeuble bourgeois romain, sur trois niveaux, unies par un événement tragique et bouleversant.

Tre Piani est un drame de 199 minutes, paru sur le grand écran pour la première fois en Italie le 23 septembre 2021. Le film a reçu des critiques internationales très mitigées : tandis que certains apprécient son intensité émotionnelle, sa subtilité et son casting exceptionnel – incluant notamment des acteurs comme Margherita Buy, Alba Rohrwacher, Riccardo Scamarcio et Nanni Moretti lui-même -, d’autres lui reprochent une histoire décousue et une structure narrative déséquilibrée.

Cette merveille de cinéma nous fait entrer dans l’intimité de l’existence d’habitants d’un immeuble romain, bouleversée et transformée radicalement par une série d’évènements. Le film commence par un drame – un accident de voiture mortel en bas de l’immeuble, causé par un de ses résidants, alcoolisé -, déclencheur d’une série d’incidents s’égrenant tout au long du récit. Nous pourrions ‘sous-titrer’ ce film “troubles à tous les étages” tant nous sommes embarqués dans le tourbillon des problèmes auxquels doivent faire face les différents protagonistes : un juge perpétuellement déçu par son fils, une jeune maman esseulée à la santé mentale fragile, un père obsédé et dévoré par le soupçon d’un abus sexuel perpétué par un voisin « âgé » sur sa « petite » fille, etc.

Ces habitants, submergés et accablés par de nombreuses problématiques existentielles et morales, nous amènent à nous questionner sur des sujets profonds et universels, tels que la culpabilité, le consentement, la justice et sa relativité, l’engagement, la responsabilité, la parentalité, la responsabilité parentale, etc. Outre les thèmes phares et habituels du réalisateur (tels que les conflits familiaux, le deuil, etc.), transparaît également dans Tre Piani celui du “vivre ensemble”, de la difficulté de la vie commune.

Le réalisateur cherche également à montrer non seulement le mal qui ronge la société contemporaine, mais également une certaine ‘déconfiture du masculin’ avec entre autres des hommes causant, par leurs entêtements, la souffrance de leurs proches : rejet, abandon, négligence, etc.. À l’inverse, le film célèbre de puissants personnages féminins qui, chacun à leur manière et avec une grande sensibilité, tentent de recoller les morceaux de structures familiales fragmentées et déchirées.

newsletter

Inscrivez-vous pour ne rien manquer de notre actualité !