logo Dolce cinéma

« L’Agnello », un film touchant et sincère

Par Marie Antonelli & Noémie Deux

L’Agnello : un film toccante e sincero

Durante il festival Dolce Cinema 2021, organizzato dall’associazione omonima a Grenoble, è stato proiettato il film L’Agnello, diretto da Mario Piredda, uscito nel 2020 in Italia. I protagonisti del film sono Nora Stassi nel ruolo principale di Anita, Luciano Curreli nel ruolo del padre di Anita, Michele Atzori, suo fratello e zio di Anita, e Piero Marcialis nel ruolo del nonno, un pastore.

Il film è incentrato sul personaggio di Anita, una ragazza di 17 anni che vive in un paesino nel centro della Sardegna, adiacente ad una zona militare dove le forze armate hanno condotto diversi esperimenti di nuove armi. Da quando sua madre è morta di cancro, come molte persone della zona, vive sola con il padre, Jacopo che, anche lui, è malato di cancro ai polmoni. I medici provano a curarlo cercando un donatore compatibile, ma né la figlia né il padre Tonino lo sono. Il nonno di Anita tenta allora, insieme alla nipote, di riprendere i contatti con Gaetano, l’altro figlio, per invitarlo a fare un test di compatibilità. Nora Stassi interpreta un’adolescente affettuosa, soprattutto con il padre, che a volte ha difficoltà a controllare la rabbia interiore. La ragazza infatti si arrabbia con lo zio, che si rifiuta di aiutare il padre Jacopo per la donazione di organi. Ma neanche quest’ultimo, lo zio, è compatibile. Anita affronta allora anche la minaccia della morte del padre e le malattie causate dagli esperimenti militari della NATO in tutta la Sardegna. I legami che intrattiene con il padre, ma anche con gli altri membri della famiglia, si evolvono.

Questo film non è un lungometraggio di denuncia o drammatico. Il regista racconta l’intimità dei rapporti familiari di una famiglia sarda e insiste sul contrasto tra la vecchia e la nuova generazione proponendo una riflessione sulla militarizzazione del territorio, portando all’attenzione il fatto che la prima sembra averla accettata mentre la seconda si mostra contraria a queste sperimentazioni chimiche.

L’obiettivo del film è quello di presentare la Sardegna così come la conosce il regista e di descriverla nel suo aspetto più autentico. Questo film, infatti, ritrae una Sardegna lontana dalle rappresentazioni generali del luogo paradisiaco e dalle star del jet set. La crescente militarizzazione della NATO in questo territorio suscita scalpore. Secondo Natura Sciences, giornale che sensibilizza sulla questione del riscaldamento globale, il procuratore di Lanusei indaga dal 2019 sulle morti per cancro di diversi abitanti della zona di Quirra. Il procuratore parla di « disastro ambientale e umano.», anche la falda freatica che alimenta l’acqua potabile dei villaggi è stata colpita. Queste constatazioni riflettono una situazione di militarizzazione del Mediterraneo da parte della NATO per scopi strategici, in nome del disprezzo per l’ambiente e la salute. Il film ha ricevuto diversi premi, come il David di Donatello, ed è stato nominato in molti festival.

agnello film cinéma festival grenoble
© DR

L’Agnello, un film touchant et sincère

Pendant le festival Dolce Cinema, organisé par l’association éponyme à Grenoble, était diffusé le film l’Agnello. Ce film a été réalisé par Mario Piredda, réalisateur italien originaire de la Sardaigne. Il est paru en 2019 en Italie. Les personnages principaux de ce film dramatique ont été interprétés par les acteurs suivants : Nora Stassi dans le rôle principal d’Anita, Luciano Curreli interprétant le père de cette dernière, Michele Atzori, son frère et oncle peu apprécié d’Anita, et Piero Marcialis dans le rôle du grand-père, un berger.

Le film est centré sur le personnage d’Anita, une jeune fille de dix-sept ans. Anita vit dans un petit village du centre de la Sardaigne, à côté d’une zone militaire dans laquelle les forces armées ont effectué plusieurs expériences d’armes nouvelles. Depuis que sa mère est décédée d’un cancer, comme un grand nombre de personnes de la région, elle habite seulement avec son père, Jacopo. Jacopo va alors tomber gravement malade. Les médecins tentent de le soigner en recherchant un donneur osseux compatible mais ni sa fille, ni son père Tonino ne le sont. Le grand-père d’Anita tente alors, avec sa petite-fille, de renouer contact avec Gaetano, son autre fils, afin qu’il fasse un test de compatibilité. Nora Stassi incarne une adolescente affectueuse, notamment avec son père, qui a parfois du mal à maîtriser sa colère intérieure. Elle s’emporte alors contre son oncle, qui refuse d’aider son père Jacopo. Mais ce dernier n’est pas compatible non plus. C’est alors qu’Anita est confrontée à la menace de la mort de son père et aux maladies causées par les expérimentations militaires en pleine Sardaigne. L’on voit les liens qu’elle a avec son père, mais aussi les autres membres de sa famille, évoluer.

Ce film n’est pas un long-métrage de dénonciation ni de drame, le réalisateur narre l’intimité des rapports familiaux d’une famille Sardes. Le réalisateur insiste sur le contraste entre l’ancienne et la nouvelle génération en utilisant la militarisation du territoire soulignant une génération qui l’a accepté et une seconde qui la dénonce. Ce film a pour objectif de présenter la Sardaigne tel que le réalisateur la connaît et de la décrire sous son aspect le plus authentique.

Le visionnage de ce film nous dépeint une Sardaigne loin des représentations générales du côté paradisiaque et des stars de la jet set. La militarisation de plus en plus forte par l’Otan sur ce territoire suscite l’émoi. Selon Natura Sciences, un journal français qui sensibilise sur la thématique du réchauffement climatique, le procureur de Ladusei enquête depuis 2019 sur les décès par cancer de plusieurs habitants de la zone de Quirra. Le procureur parle de “désastre environnemental et humain”. Selon lui, la nappe phréatique qui alimente la conduite d’eau potable des villages a été atteinte. Ces constats traduisent une situation de militarisation de la Méditerranée par l’Otan à des fins stratégiques, au nom du mépris de l’environnement et soulignent un déficit démocratique. Ce film a d’ailleurs été récompensé par plusieurs prix, tel que le David de Donatello, et a été nommé dans de nombreux festivals.

newsletter

Inscrivez-vous pour ne rien manquer de notre actualité !