logo Dolce cinéma

« Ariaferma », la leçon d’humanité au sein de l’univers carcéral italien

Par Mathilde Roux & Alice Lecuit

Ariaferma, la lezione di umanità nel mondo carcerario italiano

Fresco di uscita in settembre, Ariaferma è stato proiettato durante l’ultima serata del festival italiano Dolce Cinema. Realizzato dal regista Leonardo Di Costanzo, Ariaferma offre un interessante mix di attori famosi e meno famosi dell’ambiente cinematografico.

Attraverso una sceneggiatura ben curata e una regia magistrale, il film mette in scena dodici prigionieri e una manciata di guardie carcerarie che si ritrovano confinati in un vecchio carcere di Napoli in fase di demolizione. In servizio ridotto di guardie, perché la prigione sta per chiudere, la vita comune viene riorganizzata, con un uno spazio minimo che non tarda a creare tensioni e anche rischi di rivolta. Da entrambe le parti, prigionieri e guardie sognano solo una cosa: lasciare questo posto. In uno spazio così ristretto, i codici e le maschere cadono ma nel contesto di detenzione precaria, quando tutto sembra predisposto affinché situazione vada male, accade il contrario. Durante lo svolgimento della storia, le relazioni convenzionali vengono decostruite in un clima eccezionale, mettendo in scena un’umanità svelata dall’inedito contesto. Il film ci immerge nell’intimità di questo ambiente, dove l’umanità reclama i suoi diritti, la solidarietà nasce tra i prigionieri e le guardie abbandonano la loro distanza normativa.

Nonostante un inizio lento e una storia a volte frammentata, Ariaferma ci offre una morale ben distribuita. Lontano dai cliché del genere, abbiamo apprezzato l’accuratezza della visione del regista napoletano, che presenta l’ambiente carcerario italiano sotto una nuova angolazione. Questo film, che mescola realismo e utopia, dipinge un mondo realistico, con personaggi accattivanti, accompagnati alla perfezione dalla colonna sonora composta da Pasquale Scialò. Ci è piaciuta molto la costruzione delle relazioni e il mix intergenerazionale. Il duo formato da Tony Servillo, una severa guardia carceraria, e Silvio Orlando, un prigioniero dalle forti opinioni, è affascinante. Ogni scena riesce a tenerci in tensione: più le relazioni gerarchiche si confondono, più temiamo che una scena di violenza esploda.

Film ibrido della Cinevox Record, Ariaferma ha tutto per piacere, in quanto proposta cinematografica di qualità ma accessibile al grande pubblico. Secondo la critica, Leonardo di Costanzo dimostra con Ariaferma, oltre alla sua capacità di utilizzare l’ambientazione per creare un clima singolare, ereditata dal suo passato di documentarista, di dirigere in maniera eccellente gli attori. A tutti i fan del cinema italiano e della regia di Leonardo Di Costanzo, consigliamo vivamente di andare a vedere questo film!

© Gianni Fiorito

Ariaferma, la leçon d’humanité au sein de l’univers carcéral italien

Très fraîchement sorti en salle le 14 octobre dernier, Ariaferma a été diffusé à l’occasion de la dernière projection du festival italien Dolce Cinema. Signé par le réalisateur Leonardo Di Costanzo, Ariaferma offre un mélange intéressant d’acteurs réputés et de personnes étrangers au milieu cinématographique.

À travers un scénario bien monté et une réalisation maîtrisée, douze incarcérés et une poignée de surveillants pénitentiaires se retrouvent confinés dans une ancienne prison de Naples en phase d’être démolie. En service réduit, c’est toute une organisation qui se met en place, dans un minimum vital qui ne tarde pas à créer des tensions, voire des risques de révolte. Des deux côtés, prisonniers et surveillants ne rêvent que d’une chose : partir de cet endroit. Confinés, les codes et les masques tombent. Dans un contexte de détention précaire, alors que tout est réuni pour que la situation dérape, c’est tout l’inverse qui se produit. Au fil de l’histoire, les relations conventionnelles se déconstruisent dans un climat exceptionnel, mettant en scène une humanité dévoilée par le contexte inédit de détention. Le film nous plonge dans l’intimité de ce milieu, où l’humanité reprend ses droits, la solidarité naît entre les détenus et les gardiens délaissent leur distance réglementaire.

Malgré un début lent et une histoire décousue à certains moments, Ariaferma nous propose une morale bien amenée. Loin des clichés du genre, nous avons apprécié la justesse de la vision du réalisateur napolitain, qui présente le milieu carcéral italien sous un nouvel angle. Ce film qui mêle réalisme et utopie, peint un univers non surfait, avec des personnages attachants, accompagnés à la perfection par la bande musicale composée par Pasquale Scialo. Nous avons beaucoup aimé la construction des relations et le mélange intergénérationnel. Le duo formé par Tony Servillo, un strict surveillant en fin de carrière et Silvio Orlando, un détenu avec une opinion affirmée, est passionnant. Chaque scène réussit à nous maintenir en tension : plus les relations hiérarchiques se brouillent, plus nous avons peur qu’une scène de violence explose.

Film hybride signé Cinevox Record, Ariaferma a tout pour plaire en étant à la fois accessible au grand public et une proposition cinématographique de qualité. Selon la critique, Leonardo di Costanzo prouve avec Ariaferma, qu’outre son habileté à se servir du décor pour créer un climat singulier, héritée de son passé de documentariste, il est aussi un excellent directeur d’acteurs. A tous les amateurs du cinéma italien et de la réalisation de Leonardo Di Costanzo, nous vous recommandons très fortement d’aller voir ce film !

newsletter

Inscrivez-vous pour ne rien manquer de notre actualité !