Gianfranco Rosi- Variety,

23 novembre 2020

(traduit de l’anglais)

 

"Pour moi, le cinéma est peut-être un prétexte - un prétexte à la rencontre. Sans rencontre,

mes films n'existeraient pas, parce que mes films, ils ne naissent jamais sur une table,

ils ne naissent jamais avec un stylo.

Ils naissent d'une toute petite idée, et cette idée devient un grand besoin, et ce besoin devient ensuite une nécessité, et cette nécessité devient un voyage - un immense voyage."

 

PALMARÈS

Le festival Dolce cinema s’est clôturé par la remise des prix décernés par le jury constitué de Frédérique Berthet, Professeur en Etudes cinématographiques à l’Université de Paris et des comédiennes Nicole Vautier et Sonya Mellah.

Le jury a été touché par « la richesse d’une sélection exigeante » qui a mis en avant des « films portés par un désir très puissant de cinéma qui affirment une vision très forte de l’art et du monde contemporains. »


Grand prix : Re Granchio (La légende du roi crabe) d’Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis.

« Le film nous a enchantées par son originalité et surtout par l’audace de sa forme narrative, par la beauté picturale de chacun de ses plans, son rapport si particulier à l’espace, au temps, à la lumière, à la nature et à la musique.  Nous avons vécu ce film un peu comme un opéra. Du grand cinéma qui nous a permis de voyager visuellement et intérieurement ».



Mention spéciale et prix du jury jeunes : Californie d’Alessandro Cassigoli et Casey Kauffman. 

« l’élégance de sa mise en scène, pour la sensibilité de son point de vue, pour son voyage vers le futur, pour son approche transculturelle, pour la délicatesse et la très grande justesse de l’interprétation du personnage principal ».



Prix du public et mention spéciale décernée par le jury jeunes : L’Agnello  de Mario Piredda.

 

ACTUALITÉS

1/9
 

A VOS AGENDAS !

 Autour du Festival  (VOSTF)

 

NOS PARTENAIRES